Santé numérique, impact du COVID-19 et avenir du système de santé

par | Fév 23, 2024 | Santé | 0 commentaires

L’utilisation des technologies numériques dans les soins de santé, tant dans les secteurs public que privé, s’est accélérée suite à l’urgence du COVID-19.

Le facteur Covid-19 a poussé les organisations à accroître l’utilisation de diverses solutions technologiques pour soutenir les processus de prévention, de traitement et d’assistance. Tout au long du premier semestre 2020, la pandémie a eu un impact significatif et sans précédent sur la situation sanitaire et économique de chaque pays.

Dans le domaine des soins de santé, l’imposition de confinements et de distanciation sociale a mis à mal le modèle traditionnel de soins de santé en face à face dans la plupart des situations non urgentes.

Cependant, cela a conduit à une accélération rapide de l’adoption de solutions numériques, notamment le recours à la télémédecine, aux consultations virtuelles et au suivi à distance des patients. Dans l’étude conclue en septembre dernier et intitulée « La transformation numérique façonnant l’avenir des soins de santé européens », les analystes de Deloitte dressent un portrait global des soins de santé publics et privés nationaux et internationaux.

Digitalisation des soins de santé

Selon le rapport, 65 % des personnes interrogées au niveau européen déclarent que leur organisation a accru l’utilisation des technologies numériques pour soutenir le travail des professionnels de santé, avec un pourcentage similaire (66 %). Concernant l’utilisation des technologies numériques pour apporter un accompagnement virtuel et des méthodes d’engagement aux patients, plus de 6 personnes interrogées sur 10 (64%) déclarent avoir globalement assisté à une augmentation des usages et des méthodes.

Pendant l’urgence, en ce qui concerne les technologies destinées aux professionnels de santé et celles destinées aux patients, ce sont surtout les médecins généralistes qui confirment avoir constaté une augmentation des taux d’utilisation des systèmes et solutions numériques.

Une lacune dans la formation

L’un des principaux problèmes liés à la transformation numérique des soins de santé est que plus d’un quart des médecins ne reçoivent actuellement aucune formation structurée et formelle sur l’utilisation des technologies numériques.

Cela met en évidence la nécessité d’établir des parcours qui réduisent les appareils numériques des professionnels de santé à travers des cours destinés à l’éducation et à la promotion des meilleures approches opérationnelles et stratégiques.

Comme le soulignent les experts, il est essentiel que les médecins et les patients aient pleinement confiance dans l’utilisation des technologies numériques de santé et que personne ne soit exclu, surtout compte tenu du rôle croissant que la technologie jouera dans l’avenir des soins de santé. Dans la prochaine étape, les dirigeants du système de santé devront se mettre d’accord sur la manière de financer l’innovation, décider quelles technologies sont les plus efficaces et créer une infrastructure informatique robuste, mais également quels partenaires choisir pour fournir un accès sûr, sécurisé et équitable à la technologie. En tant que tel et aux données générées et gérées. Un autre aspect particulièrement important pour tout type de soins de santé est de concevoir des parcours de soins de santé plus durables en utilisant l’Internet des objets, l’intelligence artificielle, la réalité augmentée, la robotique, l’impression 3D et les applications mobiles pour construire une approche personnalisée basée sur un modèle prédictif, préventif et participatif.

LIRE AUSSI  L'addiction au cannabis : 5 conseils pour diminuer sa consommation

La demande de libre-service augmente

Un nombre croissant de citoyens européens changent leur façon de penser en matière de soins de santé.

Les gens ne veulent plus être des bénéficiaires passifs de soins. Ils s’attendent à pouvoir accéder aux services de soins dont ils ont besoin plus rapidement, plus facilement et plus commodément.

Ils souhaitent davantage de soutien pour obtenir des conseils et des informations fiables et de qualité. Les analystes de Deloitte soulignent une utilisation croissante des technologies numériques en Europe pour aider les citoyens à accéder plus rapidement aux services de santé, notamment l’utilisation d’Internet pour rechercher des informations sur la santé, prendre des rendez-vous et télé consultant. De plus en plus de personnes adoptent la technologie pour surveiller et entretenir leur santé et sont prêtes à partager des données de santé, même avec des prestataires tiers, en échange d’avantages. Par ailleurs, la sensibilisation à toutes les questions de confidentialité et de gestion des données personnelles s’est accrue les gens veulent rester propriétaires de leurs données de santé et décider avec qui les partager et à quelles fins. Cependant, rares sont les pays européens qui permettent actuellement aux citoyens d’accéder librement à leurs données de santé : le Danemark, l’Estonie, la Finlande, la France, l’Islande, la Norvège, l’Écosse, la Suède et, depuis peu, l’Angleterre.

Réduire la fracture numérique

Au-delà de l’évolution multicanale des personnes, les analystes lèvent le rideau sur la fracture numérique qui touche encore un nombre important de citoyens manquant de compétences numériques et/ou rencontrant encore des difficultés d’accessibilité et de connectivité. L’âge, le statut d’éducation, les niveaux de revenus et la ruralité influencent les connaissances en matière de santé numérique, et ceux qui en bénéficieraient le plus sont moins susceptibles de pouvoir utiliser efficacement les outils numériques.

LIRE AUSSI  Avantages et inconvénients de la télésurveillance médicale

Combler le déficit de connaissances en matière de santé numérique devrait être une priorité essentielle pour tous les pays.

Des organisations telles que l’OMS et l’UE préconisent des initiatives visant à améliorer les compétences numériques des citoyens afin de soutenir une diffusion plus large des technologies de santé intelligente.

Les 4 P de la santé

PERSONNALISÉ : impliquer et rendre les citoyens responsables du suivi et des soins de leur santé est une transition disruptive pour les modèles de soins car elle présuppose une conception globale de personnalisation. Les traitements seront largement rendus possibles grâce à de nouveaux développements révolutionnaires tels que ceux dans les domaines de la génomique et de la protéomique. La disponibilité de séquences génomiques complètes permettra des thérapies cliniques plus précises et accélérera le développement de médicaments ciblés. Il est important de souligner que la prédisposition aux maladies sera détectée tôt, permettant ainsi une prévention et une intervention précoce. Les applications génomiques couplées aux technologies d’IA et aux dispositifs numériques pour un mode de vie surveillé lié à des systèmes d’alerte seront au centre de la nouvelle autogestion de la santé et de l’adoption d’outils de prévention.

PRÉVENTIF : L’IoT au service de la santé s’exprime dans le développement d’applications liées à l’utilisation de capteurs avancés. L’utilisation de dispositifs portables (implantables et ingérables) intégrés aux données du dossier médical électronique de chaque patient permet une détection personnalisée qui suit en temps réel tout changement dans l’état de santé d’un individu. La décentralisation des processus de soins dans le domaine ne comprend pas seulement une intégration maximale des informations entre les hôpitaux, parapharmacie, les laboratoires, les maisons de retraite et les cabinets privés. La capacité de détecter et de surveiller les conditions en dehors de l’espace clinique à l’aide de diagnostics au point de service (POC), disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, sera fondamentale. La prévention et le bien-être se concentreront de plus en plus sur la santé mentale et dans les délais des maladies liées à l’âge en améliorant le système immunitaire. Les employeurs européens joueront un rôle beaucoup plus actif dans la surveillance de la santé et du bien-être de leurs salariés.

LIRE AUSSI  Santé : Combattre la fatigue des jambes chez les hôtesses d'accueil

PRÉDICTIVE : la médecine sera de plus en plus rendue possible par des algorithmes. Grâce à l’IA, les systèmes d’alerte précoce alertant les médecins des patients présentant un risque d’aggravation à l’hôpital fonctionnent déjà mieux que les scores de risque cliniques traditionnels. Les soins de santé sont pilotés par les données : informations sur les signes vitaux, sur les activités quotidiennes ainsi que sur les données issues de la numérisation des documents médicaux, des dossiers de santé, des dossiers médicaux, des rapports, des images radiologiques, etc. Aujourd’hui, il est possible de rendre ces données exploitables et de générer des informations plus utiles pour optimiser les structures, les parcours de prévention et de traitement, ainsi que la création d’un système plus inclusif, meilleur et avancé. Récemment, l’accent a été mis sur l’utilisation des techniques d’IA et de calcul cognitif pour l’interprétation de données non structurées (vidéos, appels téléphoniques…) et, surtout, pour soutenir l’activité de diagnostic. Un système cognitif pourrait lister les diagnostics compatibles avec les symptômes dont se plaint le patient, avec son dossier médical, les descriptions données aux différents médecins et les lectures de ses appareils portables. Discussion similaire concernant l’interprétation, à travers les techniques de Computer Vision, de l’imagerie radiologique. Bien que l’IA adopte un critère quantitatif, ait une productivité imbattable et ne subisse pas les effets de la fatigue, son rôle est d’accompagner le radiologue dont la centralité n’est pas remise en cause. L’hypothèse est plutôt la création d’une synergie vertueuse entre le processus traditionnel et l’automatisation, notamment dans les cas de routine. Les parties prenantes intersectorielles se rassembleront pour offrir une expérience axée sur la prévention et le consommateur, en éloignant le devoir de diligence des établissements de santé, avec une plus grande responsabilité au niveau de l’entreprise.

PARTICIPATOIRE : l’engagement et la participation des patients seront un élément fondamental du processus de transformation du système de santé. Le modèle participatif est axé sur l’implication active des citoyens mais aussi sur l’utilisation de l’automatisation intelligente, sur une communication et collaboration unifiées de nouvelle génération dans laquelle les applications mobiles intuitives et fonctionnelles auront un rôle clé, visant à faciliter l’accès à la réservation. L’important est que les gouvernements continuent de s’engager à améliorer les connaissances des citoyens en matière de santé numérique et à allouer des fonds pour fournir aux patients les outils numériques appropriés.

Articles dans la même catégorie