Sélectionner une page

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous arrivez à vous souvenir de certains détails sans même vous efforcer alors que d’autres informations importantes vous échappent si rapidement ? Ce n’est là qu’un exemple du type de questions auxquelles une personne travaillant dans le domaine de la psychologie cognitive pourrait essayer de répondre.

Qu’est-ce que la psychologie cognitive ?

La psychologie cognitive implique l’étude des processus mentaux internes (c’est-à-dire tout ce qui se passe dans le cerveau humain) y compris : la perception, la pensée, la mémoire, l’attention, le langage, la résolution de problèmes et l’apprentissage. Bien que cette branche de la psychologie soit relativement jeune, elle est rapidement devenue un des sous-domaines les plus populaires. Cette recherche cognitive a de nombreuses applications pratiques : l’aide à la gestion des troubles de la mémoire, l’accroissement de la précision dans la prise décision, la recherche de moyens d’aider les personnes à se remettre d’une lésion cérébrale, le traitement des troubles de l’apprentissage ou encore la structuration des programmes d’études pour améliorer l’apprentissage.

Que révèle cette psychologie ?

En savoir plus sur la manière dont les gens pensent et traitent l’information aide non seulement les chercheurs à mieux comprendre le fonctionnement du cerveau humain, mais permet, également, aux psychologues de développer de nouvelles façons d’aider les gens à faire face à des difficultés psychologiques. Par exemple, en reconnaissant que l’attention est à la fois une ressource sélective et limitée, les psychologues sont en mesure de proposer des solutions qui permettent aux personnes ayant des difficultés d’attention à améliorer leur concentration.

Les résultats de la psychologie cognitive ont également amélioré notre compréhension de la façon dont les gens forment, stockent et se souviennent des souvenirs. En connaissant mieux le fonctionnement de ces processus, les psychologues peuvent développer de nouvelles façons d’aider les gens à améliorer leur mémoire et à combattre leurs problèmes de mémoire potentiel. Par exemple, des psychologues ont constaté que même si votre mémoire à court terme est assez courte et limitée (ne dure que 20 à 30 secondes et peut contenir entre cinq et neuf articles), les stratégies de répétition peuvent améliorer les chances que l’information soit transférée à long terme dans le mémoire à long terme, qui est beaucoup plus stable et durable.

Quand peut-on avoir besoin de voir un psychologue cognitif ?

Alors que de nombreux psychologues cognitifs se spécialisent dans la recherche et sont employés dans les universités ou agences gouvernementales, d’autres se focalisent sur le domaine clinique et travaillent, par conséquent, directement avec des personnes confrontées à des défis liés à différents processus mentaux. Ils peuvent intervenir dans des hôpitaux, des cliniques de santé mentale ou des cabinets privés. Les psychologues qui travaillent dans ce domaine se concentrent généralement sur un domaine d’intérêt particulier, tel que la mémoire, alors que d’autres peuvent choisir de travailler directement sur des problèmes de santé spécifiques liés à la cognition : troubles cérébraux dégénératifs, lésions cérébrales, etc. Mais alors, dans quel cas en consulter un ? Voici quelques cas :

  • Le traitement d’une maladie psychologique
  • Le traitement de traumatismes cérébraux
  • Les problèmes de perception ou sensoriels
  • La thérapie pour un trouble de la parole ou du langage
  • La maladie d’Alzheimer, la démence ou la perte de mémoire